BourgAssFamSoc58 - pas surprenant
 

Page d'accueil
Vidéos
Compteur
Article 432-11
vidéo
la psychiatrie un arsenal répressif pour faire taire
sports à clamecy jdc
corruption
art. 421-7 nouveau CP Loi n° 2016 -731
vérité à l 'état pure
c'est la loi
art.441-7
AG 2017
nouvelle ordonnance 1
nouvelle ordonnance 2
mises à jour des ordonnance 3
procédure d'alerte
décret du 27 mars 2015
art L 141-1
afcat justiciables en colère
la pègre mafieuse française
harcèlement enquête à la PJ
pas surprenant
10 ans date d'anniversaire

Le budget présenté lundi par Anne Hidalgo prévoit une hausse de 12 % de l’endettement l’an prochain. Les agences de notation ont beau rester sereines, cela ne peut pas constituer une politique économique à long terme

Une multiplication par six en dix-sept ans : la dette de la ville de Paris s’élevait à 1 milliard d’euros en 2001, elle avoisinera les 6 milliards fin 2018, selon le budget prévisionnel qui sera présenté lundi par Anne Hidalgo. La tendance est à la lente mais certaine dégradation : depuis 2010, la dette a ainsi progressé de 2,48 milliards et, l’an prochain, la hausse sera de 12 %.

Du côté d’Anne Hidalgo , on fait valoir que la dette rapportée au nombre d’habitants reste inférieure à celle de Lille ou de Marseille et que l’agence de notation S & P a confirmé la note « AA » de la ville, avec perspective stable, soit la meilleure possible pour une collectivité. Il n’empêche : la dette sert de plus en plus à couvrir les dépenses de fonctionnement, ce qui traduit une incapacité à réduire ces dernières. « Fin 2018, les effectifs municipaux atteindront environ 50 300 unités contre 48 400 l’an dernier alors même que la fusion entre le département et la ville, prévue en janvier 2019, devrait permettre de générer des économies d’échelle explique Jérôme Dubus, élu de l’opposition (groupe PPCI). La dette supplémentaire contractée en 2018 financera la moitié des dépenses d’investissement prévues par la mairie (1,69 milliard) ».

Parmi ces dépenses d’investissement on retrouve près de 262 millions pour le logement social et 142 millions d’acquisitions foncières. Heureusement, en face de ces 400 millions, la mairie attend 1,35 milliard d’euros de recettes de droits de mutation. Un chiffre record qui montre que la hausse des prix du logement privé, si soigneusement dénoncée par les élus de la majorité, les aide bien lorsqu’il s’agit de couvrir l’augmentation de la dette..

Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (3 hits)
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=